Apnées du sommeil et Nutrition

Apnées du sommeil et Nutrition

Le syndrome d'apnées du sommeil se manifeste par des interruptions répétées et incontrôlées de la respiration pendant le sommeil. Elles entrainent des micro-réveils incessants dont le patient n’a pas conscience.

L’âge constitue le principal facteur de risque d’apnées du sommeil. Le vieillissement est en effet associé à une perte de souplesse des voies aériennes respiratoires, probablement en raison de l’affaiblissement neuromusculaire. Le syndrome d’apnées du sommeil augmente de façon quasiment linéaire en fonction de l’âge chez les adultes : 7,9% des personnes âgées de 20 à 44 ans, 19,7% des 45-64 ans et 30,5% des personnes de plus de 65 ans sont concernées. Néanmoins, ces chiffres sont probablement sous-estimés compte tenu du caractère asymptomatique du syndrome chez certaines personnes. Les apnées du sommeil existent aussi chez l'enfant.Ce syndrome touche près de 2% des enfants âgés de deux à six ans, le plus souvent en raison de grosses amygdales et des végétations qui obstruent leurs voies respiratoires. Le traitement consiste donc à leur retirer.

Le surpoids, et plus particulièrement l’obésité, est un second facteur de risque important chez les adultes mais aussi chez les enfants et adolescents. L’apparition de dépôts graisseux le long du pharynx, entraînent un rétrécissement des voies aériennes et une diminution du volume du conduit respiratoire.

Et si le fait d’être un homme et non une femme accroit le risque d’apnées du sommeil, cette différence devient moins perceptible après la ménopause. Ceci suggère une explication hormonale, jouant sur la résistance des tissus. Ce point reste toutefois à clarifier. Il existe par ailleurs une susceptibilité individuelle au syndrome : tous les hommes obèses et âgés ne font pas d’apnées du sommeil !
 
La fragmentation du sommeil due aux micro-réveils entraîne une fatigue chronique souvent associée à des difficultés de concentration, d’attention ou de mémorisation, une irritabilité ou encore une baisse de la libido. Ces symptômes sont réversibles : ils disparaissent grâce au traitement des apnées. Mais, certains troubles de la mémoire peuvent persister, étant éventuellement liés à un début de démence liée à l’âge. Moins grave, mais gênant pour le patient et son entourage, les apnées du sommeil s’accompagnent le plus souvent de ronflements, d’une respiration haletante et de reprise de respiration bruyante, d’un sommeil agité ainsi que d’un besoin accru d’uriner la nuit. Il est par ailleurs établi que les apnées du sommeil augmentent le risque de troubles cardiovasculaires, comme un syndrome métabolique (associant une obésité abdominale et des troubles du métabolisme), une hypertension, des troubles du rythme cardiaque notamment la nuit, une athérosclérose (dépôts de plaques d’athérome sur la paroi des artères) ou encore un diabète de type 2. Le diagnostic du syndrome repose sur des enregistrements du sommeil réalisés dans un centre spécialisé ou au domicile du patient.
Lorsque le diagnostic de syndrome d’apnées du sommeil est posé et que le trouble est associé à un surpoids ou obésité
La première mesure consiste à perdre du poids.
Une réduction de 10 à 15% de son poids initial réduit nettement la sévérité des apnées du sommeil.
Au-delà de cette mesure, la ventilation en pression positive continue est le traitement de référence du syndrome. Autre solution : l’orthèse buccale. Enfin, dans de rares cas, une prise en charge chirurgicale peut être proposée.
 
Alors pour notre santé pensons à manger équilibré et sainement.
Trouvez votre Diététicien- Nutritionniste près de chez vous
Marie-Claire LE CHAMPION
   http://dieteticien-nutritionniste-ozoir-la-ferriere.maigrir2000.com/
Source : Inserm
Extraits du dossier réalisé avec la collaboration du Dr Ramaroson Andriantsitohaina, directeur de recherche (unité Inserm 1063) et du Dr Wojciech Trzepizur, praticien hospitalier universitaire dans le service de pneumologie du CHU d'Angers – octobre 2015


Commentaires

Laisser votre commentaire sur cet article :

Vous devez être inscrit et/ou connecté pour poster un commentaire.

Inscrivez-vous ou connectez-vous ci-dessous :